Le vaisseau de Vim Cortez carbure initialement aux sons des années 80, de Michael Jackson à Prince en passant par Moroder et Gary Numan. Il décolle en 2009 avec un premier EP: Synthfunkatero suivi d’un deuxième en 2011, The Doop.

Un troisième EP, plus « frontal » et moins sage, est en préparation pour la rentrée 2013. Après différents titres placés sur des compilations et différentes expériences scéniques entre 2010 et 2012, le Commodore et Swann E. s’attaquent aux scènes de l’univers en formation resserrée: Batterie et chant (Swann E.), Guitare, synthé et chant (Guillaume) et synthé, basse, machines (Pepito aka The Pepz).

Sur les basses synthétiques, sur les claviers qui coupent comme de la glace analogique, sur les riffs de guitare efflanqués plane une harmonique pop amusée et sombre: le synthfunk foutraque de Vim Cortez a grandi, il est devenu la soul du futur.